27 février 2018

Un garçon dans le vent

 

Je vous ai laissés sans nouvelles, mais c'est pas ma faute, demandez à mon secrétaire :

"Grmbl, grmbl, et vive la Côte d'Opale, son climat polaire, son Wifi cacochyme, son poisson surcuit, ses établissements fermés, grmbl, grmbl !"

Bref, je crois qu'on ne retournera plus de sitôt au Cap Blanc Nez (mais il dit ça chaque année, il n'est pas très fiable : il se fâche tout rouge et puis... il oublie).

Côté promenade, ça n'a pas été la joie, faut dire que même moi je trouvais qu'il faisait un peu frais lors de mes sorties "hygiéniques".

Aujourd'hui, sur le chemin du retour, mon promeneur a fait un effort : il a garé la voiture au Cap Blanc-Nez, ma maîtresse est restée dedans, elle avait un rhume carabiné, même qu'on a dû faire une descente chez la pharmacienne locale, et nous sommes partis, lui et moi pour un petit tour du sommet de la colline au pas de charge. Déjà quand il fait beau, ça souffle, mais là, c'était le bouquet. Ça caillait tellement que j'ai à peine jeté un œil, sans ralentir ma course, sur le pays d'origine de ma race qu'on distinguait pourtant très bien en face.

Je crois qu'ils en avaient soupé du coin parce que ma maîtresse a dit "Et si au lieu de chercher un truc ici pour ce midi on rentrait par Nieuport ?". C'est là que pour la première fois en trois jours on m'a détachée de ma laisse et que j'ai pu courir volle petrol sur la plage. C'était pas trop tôt, j'en pouvais plus !


 

Posté par Walrus à 18:46 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,