Nous sommes rentrés et j'ai repris mon petit train train quotidien. Aussi, ce matin, après le petit-déjeuner suis-je sortie avec mon promeneur solitaire pour mon premier petit dérouillage hygiénique. La routine, quoi !

Je l'ai emmené par le clos du Lodaal jusqu'au bas de la rue du Knijf. Là, je me suis arrêtée net car j'ai repéré dans le parc de l'autre côté de la rue de la Tour Japonaise un autre chien.

Comme vous le savez peut-être, il y a deux races de chiens : 

  • les Jack Russell
  • les pas Jack Russell

Celui-ci appartenait à la deuxième catégorie. Une bestiole brunâtre aux babines pendantes et aux oreilles de  même tendance, au point qu'il aurait pu marcher dessus s'il n'avait pas fait un bon 70 cm au garrot. Il était accompagné d'un homme, fort occupé à ramasser et à déposer dans un sac à provisions les brindilles de bois mort  jonchant la pelouse.

Contrairement à moi (et en parfaite contravention avec le règlement de police de notre bonne Ville de Bruxelles), il n'était pas tenu en laisse. Aussi, quand il m'a lui aussi repérée, s'est-il précipité vers moi dans Dieu sait quelles intentions, intentions dont je ne saurai jamais rien puisqu'au moment où il a traversé la rue, une camionnette l'a envoyé deux mètres plus loin heurter de la tête le pare-choc d'un véhicule en stationnement. Il s'est néanmoins relevé et est disparu en courant vers le haut de la rue, poursuivi par son propriétaire qui le rappelait à grands cris.

J'ignore comment les choses se sont terminées pour lui parce que dès qu'il s'était mis à courir vers moi, j'avais déjà entamé un prudent demi-tour.

Et Célestine qui trouve que les laisses sont des instruments de torture ! Je me demande... boucle-t-elle sa ceinture de sécurité en voiture ?