Il pleut maintenant...

Mais ce matin, il faisait soleil, aussi ai-je décidé de faire le grand jeu : lamentations avec tremolos, yeux de cocker (la honte), course autour de la table, grattage de son genou... et ça n'a pas raté, il s'est levé en maugréant et a transféré ses semelles de ses chaussures vers ses godasses, c'était gagné !

Il m'a donc embarquée dans la voiture pour ma destination favorite (après Aldeburgh dans le Suffolk).

Au domaine, la neige avait presque totalement disparu, mais le sol était encore gelé.

J'ai tout de suite compris au début de la promenade qu'il n'avait pas son entrain habituel : il ne quittait pas les chemins balisés et avait le pas un brin hésitant, mais il sait là-contre comme ils disent par ici : quand il a les pieds de plomb il utilise une méthode personnelle que je reconnais au rythme de son souffle, pour s'obliger à prendre une cadence, il se fredonne en dedans une marche militaire. 

Comment ? Non, il n'a pas fait l'école militaire, il était planchette au premier régiment d'artillerie et vous allez comprendre pourquoi il n'utilise pas la marche de son propre régiment : trop difficile à mémoriser !

De toute manière, il a le choix il a fait six mois à l'artillerie et six autres dans le labo du service de réception de l'armée dans les locaux de l'école militaire.