Hier, j'ai encore réussi à me montrer persuasive (il dit "Chiante", mais ce doit être un synonyme, il est parfois pédant), il m'a emmenée au domaine. Vous auriez dû le voir quand nous sommes descendus de voiture : gants de soie dans ses mitaines/moufles de chasse en polaire, col de son pull Superdry relevé sur la nuque, capuchon de s.a.on parka par dessus sa casquette... l'avait l'air malin ! Surtout à côté de moi qui ne portais que mon harnais de sport.

Oui, j'ai deux harnais : un noir souple s'adaptant en le resserrant au moyen d'un petit clip à ressort et un autre beaucoup plus ajusté et qui supporte la douche quand je rentre trop crottée de notre promenade.

Donc, hier, j'ai réussi à le convaincre d'y aller, mais aujourd'hui, j'ai tout de suite compris que ce serait un jour "sans". D'abord, c'est mardi, jour de l'atelier de Madame, ensuite, il doit aller récupérer Louise à son stage chez les Pilifs, passer embarquer ma maîtresse à la fin de l'atelier et déposer les deux en ville (elles vont à la Monnaie/de Munt voir Cavalleria Rusticana et Pagliacci) où il devra les récupérer quatre heures plus tard, c'est râpé !

Et pour demain, je suis inquiète, ils préparent les sacs de voyage (c'est le mien le plus gros), ils parlent de Thiérache. Encore l'influence néfaste de son neveu, l'obsédé de Charleville. Pourvu qu'il n'y ait pas de nouveau ces maudites marionnettes de la dernière fois!