Depuis que mon bipède a déterré la balle, nos expéditions au domaine ont  pris un cours bien différent de celui d'avant. Nous ne quittons plus la grande prairie, je cours comme une dératée après ce foutu machin qu'il envoie au loin selon le principe de la fronde (force centrifuge, départ par la tangente, vol parabolique etc).

Ça m'amuse tellement que j'en oublierais presque de faire pipi. Ce que j'oublie en tout cas, c'est de faire mon caca (vous avez vu ? ça rime !). Heureusement, il me connaît et en rentrant, il sort par le volet des garages, si bien que j'ai le temps de me rattraper en remontant le long des pelouses du bâtiment... L'ennui c'est que du coup, nous sommes obligés de redescendre à la cave jeter le sacacaca dans les poubelles et ça le fait râler. Je ne vois pas pourquoi : si je déposais mon petit paquet au milieu de la grande prairie, il devrait quand même se farcir le trajet jusque Big Belly, alors ?

Alors ? Je crois que ce qu'il aime avant tout, c'est râler, ce n'est qu'un humain après tout, il ne peut pas prendre la vie bêtement comme elle vient, faut toujours qu'il complique et qu'il râle (paraîtrait que ça le déstresse... j'te jure !).

Aujourd'hui, j'ai cru que nous allions être obligés d'en revenir aux pratiques anciennes : en lançant la balle en direction de la voiture pour essayer de m'y ramener, précis comme il est, il a expédié le machin dans un des petits hêtres pourpres qui garnissent l'endroit. Quel con !

Mais par chance, l'arbre n'est pas très haut et la cordelette s'était encramaillée dans les branches basses et il a pu la dégager en se mettant sur la pointe des pieds. Dommage, j'aurais bien aimé le voir sauter !