29 novembre 2019

Un endroit couru


Aujourd'hui, après une interruption, nous sommes retournés au domaine. Y avait pas un chat (bon d'accord, y en a quasiment jamais) mais y avait pas un chien non plus (enfin, j'en ai aperçu deux de loin).

Pourtant, y a des jours où c'est très fréquenté : le weeek-end dernier, il y avait un embouteillage monstre de voitures à l'entrée du ring extérieur, la semaine d'avant, on a failli ne pas pouvoir se garer et la rue était encombrée de mecs en kimono (une compétition de judo ou de karaté ?), la semaine encore avant, c'étaient des troupeaux de vététistes qui ont défilé durant tout ma séance de "cours après la balle".

Je me demande bien ce que ce sera demain (pour peu qu'on y aille, y a la météo qui annonce qu'il va geler et j'ai pas encore réussi à trouver le bidule qui éteint la télé).


Posté par Walrus à 10:44 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,


22 novembre 2019

À trop tirer sur la corde...


L'autre jour, il m'est arrivé un truc qui, selon mon bipède, aurait été prévisible : au moment où il s'est mis à tirer sur la cordelette pour me reprendre ma balle, elle s'est rompue (la cordelette, pas la balle) !

Et vous savez ce qu'il a fait du bout de corde qu'il avait en main ? Il l'a balancé dans la gueule de Big Belly puis, il est retourné vers la voiture en abandonnant ma balle au milieu de la prairie.

Je me suis dit qu'on allait revenir aux promenades d'avant le retour de la balle mais, surprise, le lendemain il en avait une autre de balle ! Une bleue avec une ridicule boucle de ficelle rouge trop courte que pour pouvoir la lancer correctement. En plus, cette foutue balle bleue est encore un peu plus grosse que la blanche d'avant qui était déjà un peu trop grande pour ma gueule, ce qui m'obligeait à la tenir par la ficelle. Et elle n'a même pas de grelot !

Donc j'ai eu bien du mal à jouer avec ce nouveau truc et je l'abandonnais souvent, obligeant mon bipède à le récupérer. Au bout d'un moment, il l'a fourré dans sa poche puis s'est dirigé vers un point précis de la prairie et, je vous le donne en mille : il a récupéré la balle qu'il avait abandonnée la veille. Il a une bonne mémoire pour son âge avancé !

Rentrés à la maison, il est allé dans la chambre des filles chercher un peu de brol et là, j'ai bien observé :

  • il a coupé au cutter à ras de la balle bleue un côté de la cordelette
  • avec un tournevis et une pince, il a extrait la corde de la balle
  • il a fait pareil avec le bout de corde resté dans la blanche
  • il a introduit le bout sectionné de la corde de la balle bleue dans la blanche
  • comme le bout s'effilochait il n'a pas pu le faire passer par le petit trou
  • il a fait une surliure autour de la corde avec un petit fil métallique
  • il a fait passer le fil par le trou et a tiré la corde au travers
  • il a terminé la corde par une boucle qu'il a fermée grâce à du fil

Et maintenant, j'ai récupéré ma balle blanche avec son grelot et une cordelette rouge (la précédente je ne sais plus quelle couleur elle avait, il y a longtemps que la gaine colorée avait été déchiquetée et qu'il ne restait que l'âme centrale). C'est fou ce qu'il peut faire quand il veut bien se remuer un peu mon bipède.

Mais bon, il ne se remue pas souvent non plus, faut pas rêver !


Posté par Walrus à 12:37 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

11 novembre 2019

Allez hop, que ça saute !

 
Depuis que mon bipède a déterré la balle, nos expéditions au domaine ont  pris un cours bien différent de celui d'avant. Nous ne quittons plus la grande prairie, je cours comme une dératée après ce foutu machin qu'il envoie au loin selon le principe de la fronde (force centrifuge, départ par la tangente, vol parabolique etc).

Ça m'amuse tellement que j'en oublierais presque de faire pipi. Ce que j'oublie en tout cas, c'est de faire mon caca (vous avez vu ? ça rime !). Heureusement, il me connaît et en rentrant, il sort par le volet des garages, si bien que j'ai le temps de me rattraper en remontant le long des pelouses du bâtiment... L'ennui c'est que du coup, nous sommes obligés de redescendre à la cave jeter le sacacaca dans les poubelles et ça le fait râler. Je ne vois pas pourquoi : si je déposais mon petit paquet au milieu de la grande prairie, il devrait quand même se farcir le trajet jusque Big Belly, alors ?

Alors ? Je crois que ce qu'il aime avant tout, c'est râler, ce n'est qu'un humain après tout, il ne peut pas prendre la vie bêtement comme elle vient, faut toujours qu'il complique et qu'il râle (paraîtrait que ça le déstresse... j'te jure !).

Aujourd'hui, j'ai cru que nous allions être obligés d'en revenir aux pratiques anciennes : en lançant la balle en direction de la voiture pour essayer de m'y ramener, précis comme il est, il a expédié le machin dans un des petits hêtres pourpres qui garnissent l'endroit. Quel con !

Mais par chance, l'arbre n'est pas très haut et la cordelette s'était encramaillée dans les branches basses et il a pu la dégager en se mettant sur la pointe des pieds. Dommage, j'aurais bien aimé le voir sauter !


Posté par Walrus à 10:56 - - Commentaires [8] - Permalien [#]