29 mars 2020

Humain, trop humain !


Depuis quatre jours, mon bipède semble avoir fixé définitivement (jusqu'à preuve du contraire, sait-on jamais avec lui...) l'itinéraire de notre promenade matinale.

Je vous montre :

Champs3
Lors des deux promenades précédentes, nous avons croisé Max et sa maîtresse (moi, j'ai un bipède et je fais ce que je veux, mais lui, il obéit ! Je me demande si les Border Collie sont vraiment des chiens) à peu près au même endroit, quelque part dans la traversée du grand champ à l'ouest de la ferme urbaine de Neder-over-Heembeek (cliquez, vous verrez mieux!).

Dans les deux cas, nous avions effectué le circuit en progressant dans le sens des aiguilles d'une montre.

Avec la logique qui le caractérise, mon bipède s'est dit "Si nous changeons de sens, nous ne croiserons plus Max et sa charmante bipède, puisque nous tournerons dans le même sens".

Aussitôt dit...

Ce matin, nous avons emprunté le sens trigonométrique (je sais, il vous l'a déjà faite celle-là, alors je fais comme lui) et en abordant le coude du sentier avant la jonction des deux massifs boisés qui avons-nous rencontrés ?

Max et sa charmante maîtresse !

Cette gentille jeune dame avait sans doute utilisé le même raisonnement que mon promeneur attitré ! La logique humaine a ses limites...

Encore que, je dois le reconnaître, mon promeneur, tandis que nous nous éloignions du point de rencontre, a murmuré : "Le pire, c'est que je le savais !"


Posté par Walrus à 10:42 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


27 mars 2020

Exercice


La nuit dernière a été un brin agitée !

Comme chaque soir, mon bipède m'a sortie pour ma petite promenade hygiénique, puis nous nous sommes couchés selon le schéma classique : je me roule en boule sur son oreiller pendant qu'il prépare le grog de ma maîtresse, se change, passe par la salle de bain. Quand il s'approche du lit, je grogne un peu pour la forme mais je lui cède la place. Il entre dans le lit, s'allonge, replace l'édredon sur lui et je peux alors aller me coller contre lui au creux de sa position en chien de fusil.

Quand ma maîtresse vient elle aussi se coucher, une ou deux heures plus tard, j'en conclus que mon fauteuil est enfin libéré et je vais m'y blottir.

Mais voilà-t-y pas qu'au même moment, la lumière s'éteint ! Panne de courant ! Remue-ménage : ma maîtresse va chercher les lampes LED de secours et mon promeneur attitré râle (what else ?) parce qu'il va encore devoir rerégler le réveille-matin.

C'est revenu quelques minutes plus tard, juste avant que je doive me réfugier en dessous du lit à cause de l'avion : il faisait un tel boucan que j'ai bien cru qu'il allait s'écraser sur l'immeuble !

Après, ça s'est calmé, juste un grommellement étonné de mon bipède "Tiens, le machin s'est remis à l'heure tout seul !".

Par contre, l'ascenseur, lui, n'a pas résisté : il est en panne depuis lors.

Donc : supplément d'exercice !

Je ne suis pas certain que mon bipède est aussi heureux que moi : il me semble qu'il joue un peu les morses en grimpant les escaliers.

Quelle petite nature !


Posté par Walrus à 14:45 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 mars 2020

Grand soleil


Troisième jour de ciel sans le moindre nuage et quatrième randonnée de l'autre côté de l'allée des Moutons.

En fait d'allée, il n'y a qu'un seul arbre digne de ce nom le long de ce chemin. Vous me direz pourquoi dès lors ne pas l'avoir appelé chemin des Moutons...

Je vais vous le dire : c'est parce qu'il y a déjà un chemin des Moutons dans la région de Bruxelles-Capitale : à Jette et celui-là s'enfonce dans le Laarbeekbos, ce ne sont donc pas les arbres qui y manquent, mais si les humains (j'allais dire les hommes, mais j'ai évité de crainte que les femmes se gonflent du col) étaient logiques, ça se saurait !

Donc, j'ai demandé à mon secrétaire de tracer sur la carte le parcours que nous avons fait ce matin.

Champs2

Vous voudrez bien excuser le côté titubant du tracé : ce pignouf droitier s'entête à manipuler la souris de la main gauche. Pire : je sais qu'il possède une tablette graphique, mais sous prétexte d'encombrement, elle dort sur une étagère de la chambre à coucher, au milieu d'un fouillis indescriptible de matériel informatique aux fils enchevêtrés.

Le trait rouge représente notre trajet de départ. À son extrémité, mon bipède a aperçu ceux de Max venant à notre rencontre et il a décidé de rebrousser chemin. Il a opté pour la couleur verte pour la suite du parcours.

Malgré le soleil resplendissant, il ne faisait pas chow-chow chaud chaud et les flaques étaient à nouveau couvertes de glace. Mais aujourd'hui, je ne suis pas allée en tester la solidité : tu vois pas qu'il percute pour la température et me fasse enfiler ce ridicule pull-chaussette dont nous avons, hélas, déjà parlé !


Posté par Walrus à 10:41 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 mars 2020

Précision


Bon, pour ceux et celles...

J'aurais peut-être du inverser l'ordre, y a des femelles susceptibles, moi par exemple. Donc, je recommence !

Bon, pour celles et ceux qui n'auraient pas compris samedi, je fais une petite mise au point. Et, pour ce faire, rien de tel qu'un petit dessin :

Champs1

Mes bipèdes et moi habitons au quatrième étage de l'immeuble, exactement sous la pointe de la flèche* qui désigne celui-ci.

Donc pour la promenade de samedi, le trajet était simple : sortie de l'immeuble par la façade ouest, virage à droite puis à gauche pour passer devant l'autre immeuble, petite grimpette (équivalente à deux étages quand même) pour déboucher dans l'avenue de la Bugrane, virage à droite derrière la  haie puis à nouveau à droite dans l'allée des Moutons et vous voilà face à la campagne flamande, en effet, l'allée des Moutons (un chemin dans un tel état que les moutons eux-même s'y casseraient les pattes) fait la frontière entre la région bruxelloise et het Vlaamse Gewest.

"Quelle chance d'avoir la campagne à quelques pas de chez soi!" vous écrierez-vous, pétris de jalousie si vous résidez vous-même en clapier urbain. Les grands espaces, le grand air et tout et tout...

Ouais mais, regardez mieux : vous les voyez quand même ces quartiers urbanisés encerclant cette enclave verte.

Supposons que tous les bipèdes habitant ces immeubles aient la même idée que le mien et viennent aérer leur(s) chien·ne·(s) dans cet espace providentiel. C'est à vous donner le frisson !

Bon, jusqu'à présent, deux jours sur trois, nous n'avons rencontré que Max, un border collie qui se précipite à ma rencontre et que je chasse et poursuis s'il s'approche un peu trop. Sa bipède pousse de grands cris : "Maaax! Maxi! Viens ici !", mais il a reçu la même éducation que moi : il s'en fout complètement, si bien que pour en être quitte, nous rebroussons chemin.

Voilà, pour le reste, il fait splendide mais un peu frisquet : ce matin, les flaques d'eau restant dans les traces de pneus des machines agricoles étaient couvertes de glace.

 

* Pour celles et ceux qui auraient un doute, la flèche est virtuelle, elle n'existe pas dans la réalité, contrairement à sa sœur de la Sarthe.


Posté par Walrus à 12:09 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

21 mars 2020

Ben v'là aut'chose !


Ça faisait un petit temps que mon promeneur s'acquitait (relativement) régulièrement de son devoir en m'emmenant courir au domaine. Mercredi matin, nous y sommes retournés et en me lâchant dans la prairie, il m'a dit "Profites-en bien, parce que c'est la dernière fois qu'on peut venir avant quelques semaines !".

Déjà qu'il mettait dans la découverte de motifs divers pour échapper à son devoir la créativité d'un Corse pour échapper au boulot, il a trouvé des associés pour lui souffler des idées supplémentaires : le gouvernement !

Ces enfants de je ne vous dirai pas quoi en raison de ma bonne éducation on décidé d'un confinement quasi-général, si bien que jusqu'à nouvel ordre, j'en suis réduite aux sorties hygiéniques en laisse dans le quartier.

Ce matin, je me baladais donc la queue et la tête basse autour de la propriété jusqu'à l'allée des Moutons.

Mais voilà-t-y pas qu'arrivés à l'endroit où nous faisons habituellement demi-tour pour rentrer à l'appartement, il a continué à descendre le chemin sur quelques dizaines de mètres, a emprunté une sente tracée dans l'herbe et m'a libérée de ma laisse.

C'est là que je me suis rappelée que dans ma jeunesse on y venait parfois, avant que les gestionnaires de la propriété où nous habitons ne condamnent la sortie qui y menait directement.

Finalement, n'est pas si con qu'il en a l'air mon bipède (quand il veut).


Posté par Walrus à 19:15 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,


04 janvier 2020

Complément d'enquête


Ce matin, nous sommes retournés sur les lieux de l'enlèvement de Big Belly.

Après avoir bien galopé derrière ma balle, accompagné mon porteur de sacacaca jusque la poubelle (que des ouvriers communaux sont immédiatement venus vider avec leur petit camion jaune, j'ignorais que mon caca déplaçait les foules), nous sommes retournés à la voiture où mon bipède a déposé ma balle et ma laisse.

C'est là que j'ai fait le grand jeu : ignorer ses appels à remonter dans le véhicule, m'en écarter l'air de rien et finalement, incliner la tête sur le côté en faisant (quelle honte !) des yeux de cocker.

Pour une fois, ça a fonctionné : il a réempoché ma laisse (que nous n'utilisons qu'en cas d'urgence comme le surgissement d'un molosse ou d'un flic) et nous sommes partis en direction du pont menant à l'allée des hêtres pourpres (quand ils ont leurs feuilles). Nous avons franchi le pont, avons descendu l'allée, avons contourné les écuries, traversé le chemin pavé et sommes arrivés devant la ferme en face de laquelle se trouve le terrain de jeu.

Là, mon bipède s'est penché sur la dalle de béton d'où avait également disparu la seconde Big Belly. Il a constaté qu'on n'y voyait aucun point d'arrimage et que la poubelle connectée n'avait donc pu qu'y être déposée et non fixée.

Moi qui pensais naïvement qu'il s'était décidé à bouger pour me faire plaisir !

Non, il poursuivait son enquête, justement aujourd'hui !

Je me demande s'il ne lit pas mon blog en douce...


Posté par Walrus à 18:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

03 janvier 2020

Avis de disparition inquiétante


L'autre jour, je délaisse la poursuite de la baballe pour satisfaire un besoin aussi soudain que pressant.

Mon suiveur-ramasseur emballe mon chef d'œuvre dans un sacacaca et se dirige vers le coin du jardin japonais. Après quelques pas, il s'arrête et change de cap.

Je jette un coup d'œil et je comprends la raison de son comportement : Big Belly a disparu ! Il ne reste au sol que sa dalle d'ancrage en béton.

Nous avons donc dû aller déposer le petit paquet dans la poubelle la plus proche : celle en bordure du bosquet séparant ma prairie favorite du ring de Bruxelles.

Dans ma petite tête, je me dis que curieux comme est mon bipède, il va m'emmener à travers le domaine jusqu'au terrain de jeux pour enfants (dont l'entrée m'est interdite) pour voir si la sœur jumelle de la disparue est toujours en place.

Eh ben, bernique ! Il a même pas fait un pas dans cette direction ! Ça ne lui ressemble pas, je me demande s'il ne se fait pas un peu vieux ces derniers temps...

Il est bien capable d'y aller en bagnole la prochaine fois, mais ça ne fait pas mon affaire : je m'en tape de Big Belly mais j'aime le sport, moi !


Posté par Walrus à 17:25 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

27 décembre 2019

Peau de balle


Enfin, je veux dire "J'ai eu la peau de la baballe" ou mieux, celle de sa cordelette.

Ça faisait quelques jours que nous n'étions plus allés courir : visiteurs, réveillon et toutes ces sortes de choses, alors quand nous y sommes retournés, j'y suis allé à belles dents.

Mon bipède, philosophe, a maugréé "Tous ces trucs pour animaux, c'est du bucht !", puis nous somme repassés par chez Brico acheter de la cordelette.

Je me demande si elle va résister plus longtemps que la précédente, parce que moi j'ai toujours la dent. Vous voulez voir ?

2019_12_24_0028

Comment ça, même pas peur ? Vous en voudriez pas à ma gamelle par hasard ?

2019_12_24_0029


Posté par Walrus à 12:42 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 décembre 2019

La meilleure !


Pour une sombre raison de travaux sur la ligne de tram le dimanche, Louise, la sœur de ma bipède préférée, est venue loger ici la nuit dernière. Ce matin, nous l'avons déposée à son travail et nous sommes enfin allés jusqu'au domaine des Trois Fontaines.

Je dis enfin parce que pour des raisons aussi diverses que récurrentes ça faisait un petit temps que nous n'y étions plus allés. Mais parmi toutes ces raisons plus ou moins crédibles, la plus originale que mon promeneur ait trouvée, c'est celle d'hier !

Figurez-vous qu'il y a eu une coupure d'électricité et que cette circonstance empêchait l'ouverture du volet du garage !

Celle-là, il ne me l'avait pas encore faite...

Faut bien constater que ces humains ne sont guère prévoyants : s'ils ont pensé à installer des escaliers en cas de panne d'ascenseur (c'est marrant de se promener là-dedans sous le faisceau d'une petite loupiote LED de secours), ils n'ont pas pensé à munir le volet d'une ouverture mécanique avec manivelle.

C'est vrai que ça fait un moment qu'ils ont fait pareil avec leurs voitures. Mon bipède raconte pourtant que sa première auto en avait encore une, de manivelle. Il est vachement vieux dis-donc !


Posté par Walrus à 11:12 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

09 décembre 2019

Monsieur Météo


Ça faisait quelques jours que nous n'étions plus allés courir au domaine.

Quand c'était pas à cause du temps pourri, c'était à cause du marché de Noël, de la Kiné etc...

Alors, aujourd'hui, j'ai insisté, j'ai mis le paquet et il a fini par se décider (en maugréant quand même "Il va pleuvoir, je te dis!"). Et nous y sommes allés !

Et vous savez quoi ?

Il a plu !

Il m'énerve...


Posté par Walrus à 17:12 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :