27 mars 2020

Exercice


La nuit dernière a été un brin agitée !

Comme chaque soir, mon bipède m'a sortie pour ma petite promenade hygiénique, puis nous nous sommes couchés selon le schéma classique : je me roule en boule sur son oreiller pendant qu'il prépare le grog de ma maîtresse, se change, passe par la salle de bain. Quand il s'approche du lit, je grogne un peu pour la forme mais je lui cède la place. Il entre dans le lit, s'allonge, replace l'édredon sur lui et je peux alors aller me coller contre lui au creux de sa position en chien de fusil.

Quand ma maîtresse vient elle aussi se coucher, une ou deux heures plus tard, j'en conclus que mon fauteuil est enfin libéré et je vais m'y blottir.

Mais voilà-t-y pas qu'au même moment, la lumière s'éteint ! Panne de courant ! Remue-ménage : ma maîtresse va chercher les lampes LED de secours et mon promeneur attitré râle (what else ?) parce qu'il va encore devoir rerégler le réveille-matin.

C'est revenu quelques minutes plus tard, juste avant que je doive me réfugier en dessous du lit à cause de l'avion : il faisait un tel boucan que j'ai bien cru qu'il allait s'écraser sur l'immeuble !

Après, ça s'est calmé, juste un grommellement étonné de mon bipède "Tiens, le machin s'est remis à l'heure tout seul !".

Par contre, l'ascenseur, lui, n'a pas résisté : il est en panne depuis lors.

Donc : supplément d'exercice !

Je ne suis pas certain que mon bipède est aussi heureux que moi : il me semble qu'il joue un peu les morses en grimpant les escaliers.

Quelle petite nature !


Posté par Walrus à 14:45 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,


15 décembre 2019

La meilleure !


Pour une sombre raison de travaux sur la ligne de tram le dimanche, Louise, la sœur de ma bipède préférée, est venue loger ici la nuit dernière. Ce matin, nous l'avons déposée à son travail et nous sommes enfin allés jusqu'au domaine des Trois Fontaines.

Je dis enfin parce que pour des raisons aussi diverses que récurrentes ça faisait un petit temps que nous n'y étions plus allés. Mais parmi toutes ces raisons plus ou moins crédibles, la plus originale que mon promeneur ait trouvée, c'est celle d'hier !

Figurez-vous qu'il y a eu une coupure d'électricité et que cette circonstance empêchait l'ouverture du volet du garage !

Celle-là, il ne me l'avait pas encore faite...

Faut bien constater que ces humains ne sont guère prévoyants : s'ils ont pensé à installer des escaliers en cas de panne d'ascenseur (c'est marrant de se promener là-dedans sous le faisceau d'une petite loupiote LED de secours), ils n'ont pas pensé à munir le volet d'une ouverture mécanique avec manivelle.

C'est vrai que ça fait un moment qu'ils ont fait pareil avec leurs voitures. Mon bipède raconte pourtant que sa première auto en avait encore une, de manivelle. Il est vachement vieux dis-donc !


Posté par Walrus à 11:12 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

09 février 2019

C'était téléphoné

 

Comme vous l'aurez sans doute appris sur le blog personnel de mon secrétaire qui ferait mieux de s'occuper de moi plutôt que de  balancer des âneries sur la place publique, nous avons déménagé voici quelques mois.

Comparé au rez-de-chaussée, le quatrième, je peux vous le dire, c'est pas pratique du tout !

Déjà, on ne voit rien de ce qui se passe sur le chemin devant l'immeuble donc, aucune raison d'aboyer sur tout ce qui bouge, vu que rien ne bouge !

Ensuite, il y a l'ascenseur ! C'est une boîte avec un couvercle vertical qui produit des bruits bizarres avant de commencer à se mouvoir et qui continue à en produire pendant qu'elle se meut (la vache !). Je ne suis d'ailleurs pas certaine de ce qui se déplace là-dedans : l'ascenseur ou l'immeuble ? Tout est relatif comme le disent aussi bien Einstein que le prof de grammaire.

Mais passons...

Au rez-de-chaussée, on sonnait assez peu à la porte parce que si on attendait de la visite, mes bipèdes voyaient souvent arriver les visiteurs et ouvraient les portes avant que ceux-ci ne sonnent.

Ici, c'est bernique : tous ceux qui viennent doivent sonner, ce qui me permet de donner un concert d'aboiements entre le moment où ils sonnent et celui où ils débarquent dans l'appartement. Grâce à l'ascenseur (un seul pour dix-neuf appartements) j'ai souvent le temps de sortir une œuvre en plusieurs mouvements !

Alors, mes cohabitants ont inventé une astuce : ils demandent aux visiteurs de les appeler sur leur téléphone pour éviter d'utiliser la sonnette et déclencher une nouvelle et brillante (qui qu'a dit "bruyante" ?) interprétaion de ma part, les salauds !

Mais t'inquiète, j'ai eu vite compris la manœuvre et maintenant, j'aboie dès qu'un des téléphones sonne, on n'est jamais assez prévoyant !


Posté par Walrus à 10:46 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,