Tu parles d'une vie de chien !

11 novembre 2019

Allez hop, que ça saute !

 
Depuis que mon bipède a déterré la balle, nos expéditions au domaine ont  pris un cours bien différent de celui d'avant. Nous ne quittons plus la grande prairie, je cours comme une dératée après ce foutu machin qu'il envoie au loin selon le principe de la fronde (force centrifuge, départ par la tangente, vol parabolique etc).

Ça m'amuse tellement que j'en oublierais presque de faire pipi. Ce que j'oublie en tout cas, c'est de faire mon caca (vous avez vu ? ça rime !). Heureusement, il me connaît et en rentrant, il sort par le volet des garages, si bien que j'ai le temps de me rattraper en remontant le long des pelouses du bâtiment... L'ennui c'est que du coup, nous sommes obligés de redescendre à la cave jeter le sacacaca dans les poubelles et ça le fait râler. Je ne vois pas pourquoi : si je déposais mon petit paquet au milieu de la grande prairie, il devrait quand même se farcir le trajet jusque Big Belly, alors ?

Alors ? Je crois que ce qu'il aime avant tout, c'est râler, ce n'est qu'un humain après tout, il ne peut pas prendre la vie bêtement comme elle vient, faut toujours qu'il complique et qu'il râle (paraîtrait que ça le déstresse... j'te jure !).

Aujourd'hui, j'ai cru que nous allions être obligés d'en revenir aux pratiques anciennes : en lançant la balle en direction de la voiture pour essayer de m'y ramener, précis comme il est, il a expédié le machin dans un des petits hêtres pourpres qui garnissent l'endroit. Quel con !

Mais par chance, l'arbre n'est pas très haut et la cordelette s'était encramaillée dans les branches basses et il a pu la dégager en se mettant sur la pointe des pieds. Dommage, j'aurais bien aimé le voir sauter !


Posté par Walrus à 10:56 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


21 octobre 2019

Médisance !


Hier, ma maîtresse appelle mon bipède : "Viens voir, il y a une photo de Câline sur mon facebook !"

Il va jeter un œil à son écran et moi aussi (en sautant sur le fauteuil j'ai une vue imprenable).

Et vous savez ce qui les faisait se marrer comme des baleines ?

Ça !

Capture

Je le répète : médisance !

Et d'ailleurs c'est même pas moi sur la photo, ce truc n'est même pas un Jack Russell.


Posté par Walrus à 11:49 - Commentaires [10] - Permalien [#]

11 octobre 2019

Récrimination


J'avais cru qu'après la découverte de ma balle, les choses allaient tourner rond.

Bernique ! Depuis ma dernière apparition ici, c'est à peine si nous avons quitté deux ou trois fois l'immeuble  et ses alentours. Et ils ont toujours une bonne raison ; météo dégueulasse, atelier, kiné(s), radio, courses, échographie, mammographie et tout et tout !

Et encore, dans les deux ou trois, il y en a une où je n'ai même pas quitté ma laisse : il m'a emmenée visiter la ferme des Pilifs en compagnie d'une autre bipède : celle qui me parle gentiment en... néerlandais ! Bon, l'important c'est qu'elle me parle gentiment et qu'elle me fasse des papouilles : c'est le contexte qui compte !

Aujourd'hui, malgré le temps maussade, il m'a enfin emmenée courir. L'ennui c'est qu'après quelques jetés de balle, il décide que comme j'ai couru comme une dératée, on peut rentrer plus tôt à la maison.

Alors, pour gagner du temps, quand il me lance la balle tout en marchant vers la voiture, je la ramasse  et l'emmène dans l'autre sens et quand il essaie de me la reprendre, je la saisis rapidement et m'éloigne encore en faisant des cercles autour de lui au fur et à mesure qu'il progresse.

Evidemment, il finit par comprendre mon manège et il se fâche, c'est un sale caractère...

En rentrant, il a dit à son binôme : " Câline est une mathématichienne !"

"Pourquoi ?" a demandé ma maîtresse

"Parce qu'elle court en rond toujours dans le sens trigonométrique !"

Le pire, dans tout ça, c'est qu'il se croit drôle et qu'il se marre comme une baleine !


Posté par Walrus à 12:07 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

20 septembre 2019

Cachottier


Nous sommes revenus au train train habituel : ma maîtresse a repris ses ateliers, encore une raison supplémentaire pour mon promeneur de se défiler, comme lundi prochain où ils m'ont déjà avertie qu'ils vont chez le docteur.

Mais bon, nous allons bon an mal an quatre à cinq fois par semaine au domaine et, ce lundi, il s'est produit un truc bizarre...

Tandis que je courais dans cette grande prairie où les bâtons sont rares (les seuls arbres présents sont de petits hêtres pourpres), je tombe sur un bâton dont je me saisis.

Il faisait bien deux mètres de long ! (Parfaitement, je n'ai peur de rien)

En pareil cas, généralement mon bipède le ramène à une dimension plus appropriée à l'usage ludique en le coinçant sous son pied et en le brisant à cet endroit (le bâton, pas le pied).

Mais là, il a négligé le bâton malgré mes aboiements de rappel féroces, il a fait demi-tour et est reparti vers la voiture.

J'ai pensé "Allez, on rentre à la maison encore plus tôt que d'habitude !".

Mais au lieu d'ouvrir la portière pour me réembarquer, il a ouvert le coffre, a soulevé une sorte de plancher (je ne savais pas qu'il y avait un compartiment secret dans ce coffre), a fouillé un peu et en a extirpé un petit sac plastique.

Et de ce sac il a extrait quoi ? Je vous le donne en mille !

Ma balle munie d'une cordelette que je n'avais plus vue depuis notre dernier séjour en Angleterre !

Je pensais qu'elle était restée dans la voiture précédente lorsqu'ils en ont changé, mais pas du tout : il l'avait transférée dans la nouvelle !

Quel cachottier quand même !

Et quel fainéant ! Je me demande si ce n'est pas un nouveau truc pour me faire courir encore plus en marchant encore moins lui-même !


Posté par Walrus à 11:06 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

08 septembre 2019

Rencontre


Depuis quelque temps, en dehors de ceux d'atelier et de kiné de ma maîtresse, nous allons tous les jours courir aux trois fontaines (enfin, je me comprends : moi je cours et lui, il se traîne).

Comme nous y allons assez tôt, j'ai toute la prairie pour moi toute seule.

Aujourd'hui, nous devions être un peu plus tard que d'ordinaire (et en plus c'est dimanche, le jour de grande sortie des autres chiens) si bien qu'au moment où nous allions repartir, mon copain Jack Russell est arrivé. Son promeneur doit être journaliste : il tient une tribune (à deux mains).

Dès qu'il m'a vue, il est accouru vers moi. Il a une drôle de dégaine : ses pattes arrières sont très courtes et son popotin plutôt charnu, si bien que quand il court, il est loin d'avoir mon élégance, pauvre chou !

Quand il est arrivé, je me promenais encore avec mon bâton  dans la gueule et vous savez quoi ?

Il a voulu me le prendre !

Quel sans gêne dis donc !

Du coup, j'ai lâché le bâton et je l'ai poursuivi en aboyant.

Mon bipède a échangé quelques mots avec le journaliste et puis nous sommes remontés en voiture. Et bien sûr, je l'ai vu par la fenêtre, le copain s'est emparé du bâton que j'avais laissé dans l'herbe et il est parti le tendre à d'autres chiens pour jouer avec eux.

Quel amelaiken dojker c'ui-là ! Moi quand j'ai un bâton, je le donne à personne, même mon promeneur ne peut me l'arracher que de haute lutte. Nomého !


Posté par Walrus à 10:57 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


27 août 2019

Tiens tiens...


Ce matin, je dresse la tête en passant près de mon "maître" (mouarf !) et qu'aperçois-je sur l'écran de son ordinateur ?

Un membre de ma famille !

Sa photo est accompagnée d'un commentaire :

journée

J'en reviens pas ! Hier c'était la journée mondiale du chien !

Et tu crois qu'il me l'aurait dit le faux-cul ?

J'aboie un coup pour le rappeler à ses devoirs. Et qu'est-ce qu'il me répond ?

"Ben quoi, ici, c'est tous les jours la journée du chien !"

Il est gonflé quand même !


Posté par Walrus à 19:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

25 août 2019

Vous pouvez mettre un "s" à gros ventre


Hier à huit heures du matin, nous étions déjà à la grande prairie habituelle, les pâquerettes étaient encore en régime "nuit" et mon promeneur les contemplait comme si son regard allait les faire s'épanouir, il est con parfois. Cette heure matinale, c'est parce que Louise devait commencer à huit heures à la ferme Nos Pilifs, donc elle avait logé chez nous et il a fallu se lever, se doucher et déjeuner tôt.

Aujourd'hui, Louise ne commençait qu'à dix heures, alors après ses œufs brouillés (j'ai eu droit à quelques coups de langue dans la sauteuse) nous l'avons déposée à son boulot. Du coup, canicule oblige, nous sommes allés à l'autre prairie, celle qui présente un côté ombragé.

En nous y rendant une fois la voiture garée, nous sommes passés devant l'entrée de la plaine de jeux (interdite aux chiens, racistes !). Juste au coin de cette entrée, il y a maintenant une autre Big Belly remplaçant l'ancienne poubelle classique. Et autour d'elle un tas de détritus.

Une LED rouge clignote furieusement alors que sur sa sœur du jardin japonais c'est une verte qui s'allume de temps en temps. Je conclus donc que, conformément aux infos aimablement fournies par Madame Chapeau, elle a appelé le Big Brother des poubelles pour se faire vider.

Vous savez quoi ? Au vu du tas d'immondices qui s'entasse à ses pieds, elle doit s'être vu répondre "Il n'y a pas d'abonné au numéro que vous avez demandé" !


 

Posté par Walrus à 11:36 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

23 août 2019

Gros ventre et ronds de sorcières

 

Pour l'instant, tout est OK, les promenades sont (presque) quotidiennes.

Au domaine, un truc nouveau est apparu !

Au début, à côté du grand panneau expliquant dans les deux langues (néerlandais et japonais) les circonstances de création du jardin adjacent, il n'y avait rien, exactement comme au début de la Genèse. (Mouarf ! Je parle comme Marcel maintenant !)

Puis, un beau jour, une poubelle, jaune, est apparue.

Mon ramasseur de crottes attitré y déposait mon petit paquet soigneusement emballé dans son sacacaca.

Autour de cette poubelle, c'était le désordre total : les pies et les corneilles en extrayaient le contenu et le répandaient sur le sol. Si bien qu'un jour, elle a disparu et a été remplacée par un mastodonte couleur anthracite surmonté... d'un panneau voltaïque !

Qu'est-ce qu'une poubelle (Big Belly qu'elle s'appelle) peut bien foutre d'un panneau solaire ?

Eh bien hier, on l'a appris : un sac assez volumineux était coincé dans le bac d'entrée basculant de notre Big Belly et mon promeneur l'a forcé à tomber à l'intérieur. Après quelques secondes, un ronronnement mécanique s'est fait entendre. Le machin compacte son contenu !

Je me demande s'il téléphone pour dire qu'il est plein...

 

Et les ronds de sorcières me direz-vous...

Voilà : jusque cette année, je n'avais jamais remarqué dans cette prairie que quelques vesses de loup. Et voilà-t-y pas que maintenant elle est parsemée de champignons organisés en cercles. Mon promeneur dit que ça s'appelle des ronds de sorcières (y en a qui disent "de fées", mais vous connaissez le côté maléfique du gaillard). La majorité sont des agarics champêtres et je vous promets qu'il y en a de quoi en faire des poêlées !

Bon, moi je dis ça mais je ne mange pas de champignons, on n'est jamais assez prudent.


Posté par Walrus à 13:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

31 juillet 2019

Finalement


Finalement, ça se passe moins mal que prévu. Dès que mon promeneur attitré rentre de sa visite chez ces maudits chats, il m'emmène au domaine malgré l'heure déjà bien avancée. Bien sûr, la plupart du temps j'ai juste le temps de me payer une petite galopade dans la grande prairie avant de retourner à la voiture.

Aujourd'hui, nous sommes même descendus jusque devant l'orangerie par l'allée des hêtres pourpres. Il y en a un qui a perdu un morceau, sans doute à cause du vent, une brindille d'environ trois cent kilos. J'ai toujours dit qu'on devrait s'en tenir aux espaces découverts où je peux galoper à l'aise plutôt que de risquer sa peau sous le couvert des arbres. Ça peut devenir dangereux le boulot de promeneur de chien quand on s'entête à préférer les chemins forestiers aux grandes prairies.

Remarquez que, personnellement, je ne risque pas grand chose avec mes sens aiguisés et mon agilité proverbiale, mais lui, perclu de rhumatismes comme il est, le pauvre vieux, je le vois mal esquiver lestement une branche arrachée. Mais bon, il est têtu !

Plus loin, en bordure de bois près de la ceriseraie, nous avons vu un pin aux aiguilles toutes brunes. Et pas un rikiki comme ceux du jardin japonais de la grande prairie, non un beau grand pin, ça va en faire du bois mort !

À bien réfléchir d'ailleurs, je me demande si les hêtres ne souffrent pas eux aussi de ces vagues de chaleur et de sécheresse à répétition, ils ne sont plus adaptés au climat changeant.

C'est bien triste tout ça !

Remarquez que moi, tant qu'il reste de l'herbe...

Ben non, je ne mange pas d'herbe ! (Encore que...)


 

Posté par Walrus à 17:47 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

17 juillet 2019

Sombres perspectives


Lundi, mon papa est venu nous rendre visite avec toute sa smala de bipèdes dont ma préférée qui rentrait du Japon. Ils venaient souper ici.

Pour faire passer le riz et les soupes de nouilles dont Emilie semblait s'être nourrie pendant quinze jours, ma maîtresse avait préparé des ris de veau suivis de magrets de canard.

Bien entendu, mon père et moi n'en avons même pas reçu un bout, on a dû se contenter de bouilli, si c'est pas honteux !

Mardi, ils sont partis pour la Bretagne et ça, c'est la mauvaise nouvelle : pendant leur absence, c'est mon promeneur attitré qui doit aller lever les volets le matin, les baisser le soir, s'occuper des trois chats et arroser les plantes d'intérieur et du jardin.

Bon, aujourd'hui, en rentrant de mission, il m'a quand même emmenée courir. À cette occasion, j'ai rencontré dans la grande cuvette un quatuor de dames assises dans l'herbe et qui semblaient tenir une sorte de conseil ou de séance de dynamique de groupe, va savoir ! Elles étaient là à l'aller et y étaient toujours au retour. Ça avait l'air très sérieux, aussi sommes-nous restés à bonne distance, vous connaissez la discrétion de mon bipède (et sa préférence pour le côté ombragé de  la prairie).

N'empêche que je crains qu'il profite de la situation pour oublier de me promener et je vous parle pas de la météo qui nous promet un retour de  manivelle  canicule pour la semaine prochaine...

Sombres perspectives... malgré le soleil !


Posté par Walrus à 12:12 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,