Tu parles d'une vie de chien !

06 janvier 2020

C'est le printemps !


Toute cette semaine, ma copine Louise loge chez mes bipèdes : elle doit commencer son travail plus tôt que d'ordinaire.

Aujourd'hui, il fallait la déposer pour neuf heures à la ferme Nos Pilifs.

Mon promeneur a décidé de faire d'une pierre deux coups : comme cet établissement est sur le chemin du domaine, il m'a embarquée en même temps que sa petite-fille et après le débarquement d'icelle, il a continué en direction de la grande prairie.

Que vient faire le printemps là-dedans me direz-vous...

Oh, ce n'est pas à cause des pâquerettes, ces machins robustes on en voit toute l'année dans la prairie (sauf quand elles sont cachées par la neige) !

Non, c'est que sur le chemin du retour, en descendant l'avenue de Versailles, dressée sur mes pattes arrières pour regarder par la fenêtre, je me suis aperçue que dans la pelouse séparant les deux voies de circulation, les jonquilles étaient déjà sorties de terre d'une bonne dizaine de centimètres !

Je dois bien pour une fois partager l'avis de tous les vieux schnocks que je côtoie :

"Y a pus d'saisons, ma bonne dame !"


Posté par Walrus à 11:18 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,


04 janvier 2020

Complément d'enquête


Ce matin, nous sommes retournés sur les lieux de l'enlèvement de Big Belly.

Après avoir bien galopé derrière ma balle, accompagné mon porteur de sacacaca jusque la poubelle (que des ouvriers communaux sont immédiatement venus vider avec leur petit camion jaune, j'ignorais que mon caca déplaçait les foules), nous sommes retournés à la voiture où mon bipède a déposé ma balle et ma laisse.

C'est là que j'ai fait le grand jeu : ignorer ses appels à remonter dans le véhicule, m'en écarter l'air de rien et finalement, incliner la tête sur le côté en faisant (quelle honte !) des yeux de cocker.

Pour une fois, ça a fonctionné : il a réempoché ma laisse (que nous n'utilisons qu'en cas d'urgence comme le surgissement d'un molosse ou d'un flic) et nous sommes partis en direction du pont menant à l'allée des hêtres pourpres (quand ils ont leurs feuilles). Nous avons franchi le pont, avons descendu l'allée, avons contourné les écuries, traversé le chemin pavé et sommes arrivés devant la ferme en face de laquelle se trouve le terrain de jeu.

Là, mon bipède s'est penché sur la dalle de béton d'où avait également disparu la seconde Big Belly. Il a constaté qu'on n'y voyait aucun point d'arrimage et que la poubelle connectée n'avait donc pu qu'y être déposée et non fixée.

Moi qui pensais naïvement qu'il s'était décidé à bouger pour me faire plaisir !

Non, il poursuivait son enquête, justement aujourd'hui !

Je me demande s'il ne lit pas mon blog en douce...


Posté par Walrus à 18:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

03 janvier 2020

Avis de disparition inquiétante


L'autre jour, je délaisse la poursuite de la baballe pour satisfaire un besoin aussi soudain que pressant.

Mon suiveur-ramasseur emballe mon chef d'œuvre dans un sacacaca et se dirige vers le coin du jardin japonais. Après quelques pas, il s'arrête et change de cap.

Je jette un coup d'œil et je comprends la raison de son comportement : Big Belly a disparu ! Il ne reste au sol que sa dalle d'ancrage en béton.

Nous avons donc dû aller déposer le petit paquet dans la poubelle la plus proche : celle en bordure du bosquet séparant ma prairie favorite du ring de Bruxelles.

Dans ma petite tête, je me dis que curieux comme est mon bipède, il va m'emmener à travers le domaine jusqu'au terrain de jeux pour enfants (dont l'entrée m'est interdite) pour voir si la sœur jumelle de la disparue est toujours en place.

Eh ben, bernique ! Il a même pas fait un pas dans cette direction ! Ça ne lui ressemble pas, je me demande s'il ne se fait pas un peu vieux ces derniers temps...

Il est bien capable d'y aller en bagnole la prochaine fois, mais ça ne fait pas mon affaire : je m'en tape de Big Belly mais j'aime le sport, moi !


Posté par Walrus à 17:25 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

27 décembre 2019

Peau de balle


Enfin, je veux dire "J'ai eu la peau de la baballe" ou mieux, celle de sa cordelette.

Ça faisait quelques jours que nous n'étions plus allés courir : visiteurs, réveillon et toutes ces sortes de choses, alors quand nous y sommes retournés, j'y suis allé à belles dents.

Mon bipède, philosophe, a maugréé "Tous ces trucs pour animaux, c'est du bucht !", puis nous somme repassés par chez Brico acheter de la cordelette.

Je me demande si elle va résister plus longtemps que la précédente, parce que moi j'ai toujours la dent. Vous voulez voir ?

2019_12_24_0028

Comment ça, même pas peur ? Vous en voudriez pas à ma gamelle par hasard ?

2019_12_24_0029


Posté par Walrus à 12:42 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 décembre 2019

La meilleure !


Pour une sombre raison de travaux sur la ligne de tram le dimanche, Louise, la sœur de ma bipède préférée, est venue loger ici la nuit dernière. Ce matin, nous l'avons déposée à son travail et nous sommes enfin allés jusqu'au domaine des Trois Fontaines.

Je dis enfin parce que pour des raisons aussi diverses que récurrentes ça faisait un petit temps que nous n'y étions plus allés. Mais parmi toutes ces raisons plus ou moins crédibles, la plus originale que mon promeneur ait trouvée, c'est celle d'hier !

Figurez-vous qu'il y a eu une coupure d'électricité et que cette circonstance empêchait l'ouverture du volet du garage !

Celle-là, il ne me l'avait pas encore faite...

Faut bien constater que ces humains ne sont guère prévoyants : s'ils ont pensé à installer des escaliers en cas de panne d'ascenseur (c'est marrant de se promener là-dedans sous le faisceau d'une petite loupiote LED de secours), ils n'ont pas pensé à munir le volet d'une ouverture mécanique avec manivelle.

C'est vrai que ça fait un moment qu'ils ont fait pareil avec leurs voitures. Mon bipède raconte pourtant que sa première auto en avait encore une, de manivelle. Il est vachement vieux dis-donc !


Posté par Walrus à 11:12 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,


09 décembre 2019

Monsieur Météo


Ça faisait quelques jours que nous n'étions plus allés courir au domaine.

Quand c'était pas à cause du temps pourri, c'était à cause du marché de Noël, de la Kiné etc...

Alors, aujourd'hui, j'ai insisté, j'ai mis le paquet et il a fini par se décider (en maugréant quand même "Il va pleuvoir, je te dis!"). Et nous y sommes allés !

Et vous savez quoi ?

Il a plu !

Il m'énerve...


Posté par Walrus à 17:12 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

29 novembre 2019

Un endroit couru


Aujourd'hui, après une interruption, nous sommes retournés au domaine. Y avait pas un chat (bon d'accord, y en a quasiment jamais) mais y avait pas un chien non plus (enfin, j'en ai aperçu deux de loin).

Pourtant, y a des jours où c'est très fréquenté : le weeek-end dernier, il y avait un embouteillage monstre de voitures à l'entrée du ring extérieur, la semaine d'avant, on a failli ne pas pouvoir se garer et la rue était encombrée de mecs en kimono (une compétition de judo ou de karaté ?), la semaine encore avant, c'étaient des troupeaux de vététistes qui ont défilé durant tout ma séance de "cours après la balle".

Je me demande bien ce que ce sera demain (pour peu qu'on y aille, y a la météo qui annonce qu'il va geler et j'ai pas encore réussi à trouver le bidule qui éteint la télé).


Posté par Walrus à 10:44 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 novembre 2019

À trop tirer sur la corde...


L'autre jour, il m'est arrivé un truc qui, selon mon bipède, aurait été prévisible : au moment où il s'est mis à tirer sur la cordelette pour me reprendre ma balle, elle s'est rompue (la cordelette, pas la balle) !

Et vous savez ce qu'il a fait du bout de corde qu'il avait en main ? Il l'a balancé dans la gueule de Big Belly puis, il est retourné vers la voiture en abandonnant ma balle au milieu de la prairie.

Je me suis dit qu'on allait revenir aux promenades d'avant le retour de la balle mais, surprise, le lendemain il en avait une autre de balle ! Une bleue avec une ridicule boucle de ficelle rouge trop courte que pour pouvoir la lancer correctement. En plus, cette foutue balle bleue est encore un peu plus grosse que la blanche d'avant qui était déjà un peu trop grande pour ma gueule, ce qui m'obligeait à la tenir par la ficelle. Et elle n'a même pas de grelot !

Donc j'ai eu bien du mal à jouer avec ce nouveau truc et je l'abandonnais souvent, obligeant mon bipède à le récupérer. Au bout d'un moment, il l'a fourré dans sa poche puis s'est dirigé vers un point précis de la prairie et, je vous le donne en mille : il a récupéré la balle qu'il avait abandonnée la veille. Il a une bonne mémoire pour son âge avancé !

Rentrés à la maison, il est allé dans la chambre des filles chercher un peu de brol et là, j'ai bien observé :

  • il a coupé au cutter à ras de la balle bleue un côté de la cordelette
  • avec un tournevis et une pince, il a extrait la corde de la balle
  • il a fait pareil avec le bout de corde resté dans la blanche
  • il a introduit le bout sectionné de la corde de la balle bleue dans la blanche
  • comme le bout s'effilochait il n'a pas pu le faire passer par le petit trou
  • il a fait une surliure autour de la corde avec un petit fil métallique
  • il a fait passer le fil par le trou et a tiré la corde au travers
  • il a terminé la corde par une boucle qu'il a fermée grâce à du fil

Et maintenant, j'ai récupéré ma balle blanche avec son grelot et une cordelette rouge (la précédente je ne sais plus quelle couleur elle avait, il y a longtemps que la gaine colorée avait été déchiquetée et qu'il ne restait que l'âme centrale). C'est fou ce qu'il peut faire quand il veut bien se remuer un peu mon bipède.

Mais bon, il ne se remue pas souvent non plus, faut pas rêver !


Posté par Walrus à 12:37 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

11 novembre 2019

Allez hop, que ça saute !

 
Depuis que mon bipède a déterré la balle, nos expéditions au domaine ont  pris un cours bien différent de celui d'avant. Nous ne quittons plus la grande prairie, je cours comme une dératée après ce foutu machin qu'il envoie au loin selon le principe de la fronde (force centrifuge, départ par la tangente, vol parabolique etc).

Ça m'amuse tellement que j'en oublierais presque de faire pipi. Ce que j'oublie en tout cas, c'est de faire mon caca (vous avez vu ? ça rime !). Heureusement, il me connaît et en rentrant, il sort par le volet des garages, si bien que j'ai le temps de me rattraper en remontant le long des pelouses du bâtiment... L'ennui c'est que du coup, nous sommes obligés de redescendre à la cave jeter le sacacaca dans les poubelles et ça le fait râler. Je ne vois pas pourquoi : si je déposais mon petit paquet au milieu de la grande prairie, il devrait quand même se farcir le trajet jusque Big Belly, alors ?

Alors ? Je crois que ce qu'il aime avant tout, c'est râler, ce n'est qu'un humain après tout, il ne peut pas prendre la vie bêtement comme elle vient, faut toujours qu'il complique et qu'il râle (paraîtrait que ça le déstresse... j'te jure !).

Aujourd'hui, j'ai cru que nous allions être obligés d'en revenir aux pratiques anciennes : en lançant la balle en direction de la voiture pour essayer de m'y ramener, précis comme il est, il a expédié le machin dans un des petits hêtres pourpres qui garnissent l'endroit. Quel con !

Mais par chance, l'arbre n'est pas très haut et la cordelette s'était encramaillée dans les branches basses et il a pu la dégager en se mettant sur la pointe des pieds. Dommage, j'aurais bien aimé le voir sauter !


Posté par Walrus à 10:56 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

21 octobre 2019

Médisance !


Hier, ma maîtresse appelle mon bipède : "Viens voir, il y a une photo de Câline sur mon facebook !"

Il va jeter un œil à son écran et moi aussi (en sautant sur le fauteuil j'ai une vue imprenable).

Et vous savez ce qui les faisait se marrer comme des baleines ?

Ça !

Capture

Je le répète : médisance !

Et d'ailleurs c'est même pas moi sur la photo, ce truc n'est même pas un Jack Russell.


Posté par Walrus à 11:49 - Commentaires [10] - Permalien [#]